CINEMA : SHOAH, CATASTROPHE COLLECTIVE & DESTINS INDIVIDUELS

  • Le Labyrinthe du silence

    • Blaq out
    • 28 Février 2017

    Allemagne 1958 : un jeune procureur découvre des pièces essentielles permettant l'ouverture d'un procès contre d'anciens SS ayant servi à Auschwitz. Mais il doit faire face à de nombreuses hostilités dans cette Allemagne d'après-guerre. Déterminé, il fera tout pour que les allemands ne fuient pas leur passé.

  • Hannah Arendt

    1961 : la philosophe juive allemande Hannah Arendt est envoyée à Jérusalem par le New Yorker pour couvrir le procès d'Adolf Eichmann, responsable de la déportation de millions de juifs. Les articles qu'elle publie et sa théorie de "La banalité du mal" déclenchent une controverse sans précédent. Son obstination et l'exigence de sa pensée se heurtent à l'incompréhension de ses proches et provoquent son isolement.

  • Cours sans te retourner

    1942. Srulik, un jeune garçon juif polonais réussit à s'enfuir du Ghetto de Varsovie. Il se cache dans la forêt, puis trouve refuge chez Magda, une jeune femme catholique. Magda étant surveillée par les Allemands, il doit la quitter et va de ferme en ferme chercher du travail pour se nourrir. Pour survivre, il doit oublier son nom et cacher qu'il est juif.

  • Le 6 mai 1945, des soldats de l'armée américaine investissent la maison de Himmler, à Gmund en Allemagne. Ils y découvrent des centaines de lettres personnelles, de journaux intimes et de photos. Le film s'est basé sur ces documents pour esquisser sa biographie et révéler l'état d'esprit, les plans et les secrets du Reichsführer SS, architecte de la Solution Finale : Heinrich Himmler. Comment ce jeune bourgeois catholique, nationaliste de la classe moyenne, est-il devenu le bras droit d'Hitler responsable de la mort de millions de Juifs, d'homosexuels, de Communistes et de Roms? Comment est né son idéologie? Comment se voyait-il et comment était-il perçu par sa femme Margerete, sa fille Gudrun et sa maîtresse Hedwig ? Comment un homme qui se référait souvent aux soi-disant vertus germaniques telles que l'ordre, la correction et le respect, pouvait-il écrire à sa femme en pleine guerre et durant l'Holocauste : "Malgré toute cette charge de travail, je suis en forme et je dors très bien." ? Comment un homme peut-il se voir comme un héros et être aux yeux du monde un meurtrier de masse ?

  • Kassel, « ville-test » du régime nazi, à une centaine de kilomètres à l'est de Cologne. La grand-mère de la réalisatrice y a passé son Bac dans les années 30. Soixante ans après, à travers 3 films documentaires, Catherine Bernstein est allée à la rencontre (ou à la recherche) des camarades de classe de sa grand-mère - parmi lesquelles 7 juives - pour recueillir leurs témoignages et ceux de la génération qui a suivi.

  • Le destin tragique de Fanny Berger, jeune femme libre et moderne qui avait fondé à Paris sa propre maison de mode. A travers le récit exemplaire de la spoliation dont elle a été victime, une enquête minutieuse et bouleversante sur le processus d'aryanisation des entreprises juives en France, prélude à la Solution Finale.

  • Lore

    • Blaq out
    • 3 Septembre 2013

    En 1945, à la fin de la guerre, Lore une jeune adolescente, fille d'un haut dignitaire nazi, traverse l'Allemagne avec ses frères et soeurs. Livrés à eux-mêmes, au milieu du chaos, ils rencontrent Thomas, un jeune rescapé juif. Pour survivre, Lore doit faire confiance à celui qu'elle a toujours appris à haïr.

  • Elser : Un héros ordinaire

    Allemagne, 8 Novembre 1939. Adolf Hitler prononce une allocution devant les dirigeants du parti nazi dans la brasserie Bürgerbräu à Munich. Une bombe explose, mais Hitler et d'autres ont quitté les lieux quelques minutes plus tôt. L'attentat est un échec. Rattrapé à la frontière suisse alors qu'il tentait de s'enfuir, Georg Elser est arrêté puis transféré à Munich pour être interrogé. Pour les Nazis, il s'agit d'un complot et on le soupçonne d'être un pion entre les mains d'une puissance étrangère. Rien ne prédestinait Georg Elser, modeste menuisier, à commettre cet acte insensé, mais son indignation face à la brutalité croissante du régime aura réveillé en lui un héros ordinaire.

  • Elser : Un héros ordinaire

    Allemagne, 8 Novembre 1939. Adolf Hitler prononce une allocution devant les dirigeants du parti nazi dans la brasserie Bürgerbräu à Munich. Une bombe explose, mais Hitler et d'autres ont quitté les lieux quelques minutes plus tôt. L'attentat est un échec. Rattrapé à la frontière suisse alors qu'il tentait de s'enfuir, Georg Elser est arrêté puis transféré à Munich pour être interrogé. Pour les Nazis, il s'agit d'un complot et on le soupçonne d'être un pion entre les mains d'une puissance étrangère. Rien ne prédestinait Georg Elser, modeste menuisier, à commettre cet acte insensé, mais son indignation face à la brutalité croissante du régime aura réveillé en lui un héros ordinaire.

  • Watermarks

    • Blaq out
    • 4 Septembre 2012

    Fondé en 1909, le club sportif de l'Hakoah ("La Force") en Hébreu en Autriche, connaît ses heures de gloire grâce à ses nageuses. A l'heure des premières lois antisémites, les sportives de l'Hakoah réussissent à fuir le pays avant que la guerre éclate. 65 ans plus tard, 7 membres de l'équipe féminine de natation se retrouvent dans l'ancienne piscine olympique à Vienne, pour se remémorer leurs souvenirs de jeunesse et renouer les liens de toute une vie.

  • Ce coffret contient 2 films :

    - Hannah Arendt :
    1961 : la philosophe juive allemande Hannah Arendt est envoyée à Jérusalem par le New Yorker pour couvrir le procès d'Adolf Eichmann, responsable de la déportation de millions de juifs. Les articles qu'elle publie et sa théorie de "La banalité du mal" déclenchent une controverse sans précédent. Son obstination et l'exigence de sa pensée se heurtent à l'incompréhension de ses proches et provoquent son isolement.

    - Sayat Nova :
    Adolph Eichmann, autrichien né en 1906, est recruté par la police secrète d'Hitler en 1934. Il est chargé d'organiser la déportation des juifs d'Autriche et de Tchécoslovaquie. Puis en 1940, il contribue à la "solution finale", c'est à dire l'extermination de tous les juifs d'Europe. A la fin de la guerre, Eichmann réussit à gagner l'Argentine, où il est repéré par les services secrets israéliens. Ceux-ci le ramènent à Jérusalem : il y sera jugé, condamné à mort et exécuté à la suite d'un procès exemplaire. Ce procès fut pour la première fois intégralement enregistré en vidéo : environ 500 heures ont été captées.

  • Hannah Arendt

    1961 : la philosophe juive allemande Hannah Arendt est envoyée à Jérusalem par le New Yorker pour couvrir le procès d'Adolf Eichmann, responsable de la déportation de millions de juifs. Les articles qu'elle publie et sa théorie de "La banalité du mal" déclenchent une controverse sans précédent. Son obstination et l'exigence de sa pensée se heurtent à l'incompréhension de ses proches et provoquent son isolement.

  • La Traque

    Chasseurs de nazis, Serge et Beate Klarsfeld ont notamment consacré douze années de leur vie à la traque acharnée de Klaus Barbie, réfugié en Amérique Latine sous une fausse identité. "La traque" est un retour sur leurs premiers coups d'éclat en Allemagne jusqu'aux combats juridiques et médiatiques qui ont mené aux grands procès en France.

  • La Duchesse de Varsovie

    Valentin est un jeune peintre qui vit dans le monde imaginaire de ses tableaux. Lorsqu'il retrouve sa grand-mère Nina, une émigrée juive polonaise dont il se sent très proche, il lui confie son manque d'inspiration et sa solitude. Au fil de ces quelques jours passés ensemble dans un Paris rêvé, Valentin exprime de plus en plus le besoin de connaître le passé que Nina a toujours cherché à dissimuler.

  • Pitchipoï

    Julien Schulmann est humoriste. Il vient de perdre son père, un juif polonais, survivant des camps d'extermination. Avant de mourir, son père a laissé un "testament" où il demande à son autre fils, Pierre, pourtant disparu depuis deux ans, de disperser ses cendres sur sa terre d'origine. Cette préférence familiale sera un choc cruel pour Julien qui va ouvrir en lui un abîme, mettant peu à peu au jour un secret indicible...

  • Sursis pour l'orchestre

    Au camps de femmes d'Auschwitz-Birkenau, un orchestre exclusivement féminin composé de déportées, jouait selon le bon vouloir des officiers SS. Fania Fénelon, Premier Prix du Conservatoire de Paris, en faisait partie...

  • A la fin de la Seconde Guerre mondiale, des images du ghetto de Varsovie - le plus grand ghetto juif instauré par le 3ème Reich - sont retrouvées et semblent témoigner assez fidèlement des conditions de vie. Il aura fallu attendre plus de 40 ans et la découverte d'une bobine inédite pour comprendre : les services de propagande d'Hitler ont mis en scènes leurs victimes, dans l'enfer de leur quotidien. Faites mentir les images, elles finissent quand même par dire la vérité.

  • Ce coffret contient 2 films :
    - Un film inachevé :
    A la fin de la Seconde Guerre mondiale, des images du ghetto de Varsovie - le plus grand ghetto juif instauré par le 3ème Reich - sont retrouvées et semblent témoigner assez fidèlement des conditions de vie. Il aura fallu attendre plus de 40 ans et la découverte d'une bobine inédite pour comprendre : les services de propagande d'Hitler ont mis en scènes leurs victimes, dans l'enfer de leur quotidien. Faites mentir les images, elles finissent quand même par dire la vérité.

    - Mein Kampf :
    A partir d'archives inédites, le film documentaire "Mein Kampf" de Erwin Leiser retrace toute la tragédie de l'holocauste. Le film revient sur la destruction de la Pologne et de son peuple mais témoigne également de la vie d'Hitler, avec de nombreuses scènes filmées par Goebbels lui-même.

  • La Dame du 6

    A 110 ans, Alice Herz-Sommer est la pianiste la plus âgée du monde mais aussi la plus vieille survivante de l'Holocauste. Son esprit optimiste et positif à toute épreuve lui ont permis de traverser le 20ème siècle. Remplis de sagesse, de tolérance et d'humour, les mots de Alice forment une formidable leçon de vie universelle.

  • Le Chant des mariées

    Tunis, 1942. Nour et Myriam, 16 ans, amies et voisines depuis l'enfance, vivent leurs premières émotions amoureuses. L'une est juive, l'autre musulmane. L'armée nazie occupe la Tunisie et tente de rallier la population musulmane en échange d'une promesse d'indépendance. Les deux jeunes filles se rejoignent, alors que tout tend à les séparer...

  • Les Guichets du Louvre

    Le 16 juillet 1942, en plein coeur de la Seconde Guerre mondiale. Paul, un étudiant, apprend que la police a totalement bouclé le quartier Saint-Paul, à Paris, pour arrêter tous les juifs qui y vivent. Révolté, il veut tout mettre en oeuvre pour sauver le maximum de vies. Il se rend auprès d'un ami qui refuse de l'aider. Le jeune homme persévère et rejoint le quartier, complètement investi par les forces de police...

  • Les Quatre soeurs

    Paula Biren, Ruth Elias, Ada Lichtman et Hanna Marton, quatre noms et prénoms de femmes juives, témoins et survivantes de la plus folle et de la plus impitoyable barbarie. Filmées par Claude Lanzmann pendant la préparation de ce qui deviendra "Shoah", chacune de ces quatre femmes extraordinaires méritait un film en soi, prenant la mesure de leur trempe exceptionnelle, et révélant par leur récit saisissant quatre chapitres mal connus de l'extermination.

  • Les Enfants du 209 rue Saint-Maur

    La réalisatrice et historienne française Ruth Zylberman est assise dans un salon aux États-Unis et rend visite à un homme de 79 ans que ses parents juifs ont caché avec une famille d'étrangers pendant l'occupation allemande de Paris. Henry Osman, né Henri Ossmann, se souvient à peine de ses parents - pas ce à quoi ils ressemblaient, pas ce qu'ils ont fait pour gagner leur vie. Zylberman a apporté une pile de copies papier et est capable de reconstruire des parties de cette enfance.

  • Belzec

    "J'ai levé les yeux vers le ciel, il était parsemé d'étoiles avec la lune, et je n'ai pas compris, j'avais oublié et j'ai demandé : C'est quoi ? C'est quoi cette chose-là au-dessus ?" raconte Braha Rauffmann. Cachée par une femme du village de Belzec lorsqu'elle avait sept ans, à quelques centaines de mètres du camp dans une cavité sous des tonnes de bûches de bois, ne voyant presque pas la lumière du jour, ayant à peine la place de s'allonger, la fillette ne reconnaît plus le ciel quand elle est extraite de sa cachette vingt mois plus tard. Braha Rauffmann est l'une des quatre survivants connus parmi les six cent mille Juifs assassinés au camp de Belzec, en Pologne, tout près de l'Ukraine, de mars à décembre 1942. Puis en sept mois le camp fut entièrement détruit, les traces de l'extermination effacées : les corps déterrés des fosses et brûlés, les bâtiments rasés, des arbres plantés à l'emplacement des chambres à gaz. Ce qu'il reste du camp soixante ans après est un bois où se mêlent les restes d'ossements brûlés des victimes assassinées. À ce lieu plombé par le "il n'y a rien à voir" fait écho le silence collectif des habitants actuels du village de Belzec, derniers témoins d'un crime qui s'est déroulé sous leurs yeux, silence qui avec le temps s'est asséché et durci, la parole devenant de plus en plus difficile à dire. Loin d'être seulement matérielles, les traces du camp de Belzec sont aussi psychiques. Elles débordent la petite localité du sud-est de la Pologne. Les frontières géographiques n'endiguent pas le fracas de cette atteinte au plus profond de l'humain.

empty